Chez Cécile, les producteurs locaux ont une vitrine

Commerces – Innover en Couserans

Cécile Estaque a créé un nouveau concept d ‘épicerie locale et traditionnelle./ Photo DDM
Cécile Estaque a créé un nouveau concept d ‘épicerie locale et traditionnelle./ Photo DDM

Cécile Estaque vient d’ouvrir, au quai du Gravier, un commerce de détail alimentaire avec des produits en provenance directe des producteurs locaux. Pour réaliser son projet Cécile, soutenue par la CCI de l’Ariège, la Caisse d’Epargne et Initiative Ariège, a obtenu aussi un financement participatif, car un grand nombre de personnes a désiré participer par des dons à cette innovation. Elle explique le fonctionnement de cette nouvelle épicerie.

Quels sont les producteurs partenaires qui travaillent avec vous et comment les découvrez-vous ?

Je vais à la rencontre de petits exploitants dans les endroits les plus reculés du Couserans et la première démarche est toujours la même, ils me racontent leur histoire, leur façon de cultiver. Souvent, ils n’ont pas le temps ou l’envie d’aller vendre leurs produits sur le marché et je suis le relais qu’ils attendaient. Je leur offre une vitrine. Leurs tomates sont moins lisses et régulières que celles que nous avons l’habitude de consommer mais elles ont mûri tout doucement au rythme de la nature. On ne trouvera pas dans mon épicerie des fraises au mois de décembre. En ce moment, j’ai peu de légumes et de fruits car le maraîcher d’Augirein qui me fournit a eu une grande partie de ses récoltes endommagée par les orages.

Que proposez-vous à vos clients ?

La palette est variée. Du salé, du sucré, des fromages, des légumes. Au matin de l’ouverture du magasin, des éleveurs de canards m’ont contactée, je vais tester la qualité de leurs volailles et discuter les prix. Dans mon magasin, les produits sont un peu plus chers mais les habitudes alimentaires changent et la qualité est privilégiée.

La conception de l’épicerie est très originale et c’est encore une nouveauté.

Il y a une partie boutique traditionnelle dédiée à l’épicerie et un comptoir de dégustation où l’on peut boire un café, un chocolat ou un thé et même participer régulièrement à des animations et des dégustations proposées par les producteurs. J’ai voulu créer un espace authentique et convivial.

La Dépêche du midi

,

Étiquettes :